Liste de diffusion
Ajoutez votre adresse
LA RAISON SOCIALE ET LA RAISON D'ÊTRE DE PSYCHOTHÉRA...

LA RAISON SOCIALE ET LA RAISON D'ÊTRE DE PSYCHOTHÉRAPIE VIGILANCE

Danger de l'hypnose? : "
" Le recours à l'hypnose est-il sans danger ? » "

Voilà une technique qui a déjà fait couler beaucoup d'encre et qui permet encore à certains de rêver. Il suffirait que le médecin les mette sous hypnose pour que surgisse le souvenir venu de l'espace inconscient. Et ce souvenir expliquerait tout, guérirait tout ! Malheureusement cet espoir n'est qu'un espoir. Freud a utilisé l'hypnose au début de sa pratique puis l'a délaissé, convaincu que la thérapeutique n'était pas dans l'usage de cette technique. Freud était sensible à l'aspect suggestif que pouvait recouvrir toutes les paroles du thérapeute lorsque le patient se trouvait en état d'hypnose.

Mais qu'est ce que l'hypnose ? C'est un état d'attention modifié. Le patient se trouve dans un état se situantt entre veille et sommeil, état qui accroît la sensibilité, la suggestibilité. Il s'agit de l'état dans lequel on se trouve quand on est sur le point immédiat de s'endormir ou l'état dans lequel on se trouve si l'on est brutalement tiré de son sommeil sans réellement réussir à « émerger ».

Mal utilisée ou utilisée par une personne dont les objectifs ne sont pas sains, l'hypnose reste une méthode qui renforce la sensibilité à la suggestion, donc à l'influence. La suggestion est une des multiples facettes de la manipulation mentale. Selon Jean Marie Abgrall , l'hypnose peut être nocive « entre les mains des manipulateurs sectaires » . Ces derniers « peuvent suggérer » au sujet soumis à la suggestion hypnotique « une histoire qui s'imposera à lui avec un air criant de vérité aux dépens de la réalité. » Martin Orne, cité par Jean-Marie Abgrall également dans son livre « La mécanique des sectes » (Ed. Payot, 1996), parle d'une vérité qui serait construite, fruit des désirs du thérapeute et de son patient.

La vérité n'est pas forcément la réalité. Notamment, il est important de savoir que nos vérités sont souvent basées sur des réaménagements de la réalité en fonction de nos besoins psychiques. Par conséquent, la prudence reste de s'adresser prioritairement à un médecin qui pratique l'hypnose et d'éviter toute personne qui n'a pas de formation médicale ou de spécialisation psychiatrique pour aborder ce type de cure. Pour Erickson, qui était médecin psychiatre, l'hypnose n'était qu'un état de conscience modifié. Malgré tout, cet état intensifie la relation entre le thérapeute et son patient. L'hypnose ériksonienne préconise la suggestion. La suggestion implique un degré d'influence. Tout au plus, en tant que patient, on peut se demander pourquoi on aimerait une telle méthode pour soulager sa problématique. Le questionnement est parfois plus fructueux que l'expérimentation.

A lire dans la rubrique "MANIPULATION MENTALE":

P. 11 «L'emploi de techniques hypnotiques comme méthode de manipulation » par Marie Joly, chercheur en santé publique (Québec).

Haut de page

Actualités

Imprimer la page Envoyer le lien de cette page  un ami Nous contacter