Liste de diffusion
Ajoutez votre adresse
DÉFINITIONS EN LIGNE LEXIQUE...

DÉFINITIONS EN LIGNE LEXIQUE



Charisme :

     Ashram

     A l'origine, monastère en Inde. Lieu de vie où des disciples se rassemblent autour d'un maître ou gourou pour se livrer à la méditation et à la réflexion philosophique.

     

     Auto-hypnose

     cf. hypnose.

     

     

     Chaman

     Le mot proviendrait du toungouse « saman », lui-même peut-être issu du vocable turc « kam », qui signifie « sorcier ». Pour certains auteurs, la racine sibérienne du mot mettrait en évidence l'activité gestuelle et le mouvement bondissant, pour d'autres le savoir. Voyant-guérisseur, le chaman évolue entre deux mondes, celui des hommes et des esprits. Cette faculté lui permet de guérir certaines maladies – d'où le terme de medicine-man utilisé souvent à son endroit – comme de porter atteinte à la vie de ses ennemis par des sortilèges et « procédés magiques », - des flèches invisibles par exemple. Par là s'explique l'extrême défiance qui règne entre les chamans et que chacun inspire à la communauté à laquelle il appartient. Le chaman considère que l'univers est peuplé d'esprits. Pour entreprendre « l'ascension » symbolique du ciel comme la « descente aux enfers », aller rechercher l'âme du malade qui est partie « vagabonder dans le cosmos », le chaman doit mener un combat farouche et épuisant au cours duquel il tombe souvent dans un état de transe, sorte d'extase rituelle. La formation du chaman nécessite plusieurs années d'apprentissage ; outre les jeûnes poussés et les temps de sommeil réduits, elle se caractérise par de longues périodes d'isolement en forêt ou dans la brousse et l'ingestion de drogues hallucinogènes qui sont censés lui permettre « d'entrer en contact avec les mondes parallèles », « les entités spirituelles du monde occulte, afin de se les concilier et de profiter de leurs savoirs et pouvoirs » (Joseph-Marie Verlinde). Le chaman parle volontiers de « plantes enseignantes » dont il dit tirer ses connaissances pratiques et théoriques. Le chaman est réputé posséder des pouvoirs extraordinaires comme celui de voler dans les airs ou de se transformer en animal. Ainsi, selon les besoins, se métamorphosera-t-il en aigle, serpent ou lion comme en girafe, papillon ou araignée… Outre la guérison des maux de l'âme comme de l'esprit, le chaman serait en mesure d'enchanter le gibier, d'interpréter les rêves et les signes, d'influencer les éléments naturels, de lire dans le passé comme dans l'avenir, et de parler avec d'autres voix que la sienne…

     

     cf. chamanisme, néo-chamanisme et « états modifiés de conscience ». .

     

     Chamanisme

     Au sens originel du terme, phénomène magico-religieux propre à la Sibérie et à l'Asie centrale se caractérisant par l'absence de dogmes, de clergé ou de temple. Pratiques et croyances sont liées à la communication avec les esprits de la nature et ceux des défunts lors de cérémonies ritualisées mêlant musique, chants, danses et mimes durant lesquelles sont utilisés divers outils ou accessoires aux fonctions éminemment symboliques (canne, miroir, tambour, crécelles, plumes et ailes d'oiseaux…). Pour certains spécialistes, le chamanisme – dont on trouve des traces dans tous les continents – constitue la forme la plus primitive de la magie et serait à l'origine de toutes les religions, voire la religion la plus ancienne.

     Le chamanisme est un « ensemble de techniques de connaissances » (Graham Townsley) et « une manière féconde et intrinsèquement cohérente d'appréhender le monde » (Jérémy Narby et Francis Huxley). Il s'enracine dans le « soi » et la subjectivité alors que science se fonde sur l'étude de l'autre et l'objectivité.

     Pour certains observateurs, le chamanisme authentique serait un phénomène en plein déclin, lié aux progrès de l'éducation et au développement de la médecine sur l'ensemble de la planète ; pour d'autres, une façon de faire et de voir « qui perdure, adoptant la « tactique du caméléon » « pour s'adapter au monde en mutation dans lequel nous vivons. »

     Dénoncé et combattu par les religions du Livre et le monde scientifique issu du siècle des Lumières, le chamanisme semble davantage menacé aujourd'hui par sa dilution ou sa marginalisation dans le néochamanisme (cf. infra).

     

     Néo-chamanisme

     Depuis les années soixante, ce terme est utilisé pour désigner les nouvelles pratiques du chamanisme mises en œuvre dans la plupart des cercles du Nouvel Âge, d'abord dans les mouvements de la contre-culture nord-américaine puis européenne, souvent avec l'appui de mouvements écologistes. Fortement teintées de romantisme, voire de rousseauisme, ces pratiques mettent avant tout l'accent sur les forces de la nature et sur la guérison. Le nouveau chamanisme se manifeste aussi bien dans les terres ancestrales du chamanisme que loin de ses lieux d'origine, au sein des grandes métropoles occidentales par exemple. La dimension religieuse et profondément spirituelle du chamanisme traditionnel - qui nécessite une ascèse très stricte et une initiation de plusieurs années – est généralement délaissée au profit presque exclusif de ses artifices les plus spectaculaires : état de transe, phénomène de possession, usage de plantes hallucinogènes destinées à ouvrir « les portes de la perception » et à découvrir son « maître intérieur ». De nombreux escrocs, charlatans et apprentis sorciers exploitent aujourd'hui ce marché en plein essor. En France même, un nombre croissant de psychothérapeutes autoproclamés n'hésitent pas à parler de la « fonction sacerdotale du thérapeute » et à se présenter sous l'appellation de chamans-thérapeutes. En raison de l'incompétence manifeste de divers « maestros » et maîtres de « cérémonie » agissant le plus souvent de manière clandestine ou semi-clandestine, plusieurs accidents graves ont été recensés suite à la prise de plantes dites « sacrées » destinées à purger le corps et à purifier l'esprit (comas, troubles psychiatriques, suicides, décès…).

     

     cf. chaman et « états modifiés de conscience ».

     

     

     Channeling

     De l'anglais « channel », c'est-à-dire canal. Les médiums télépathes affirment servir de canal, en transmettant des informations provenant d'autres êtres, le plus souvent des entités désincarnées vivant sur un plan plus élevé. Ces entités se composent d'êtres aussi différents que les maîtres ascensionnés, les anges, les dieux, les groupes d'entités, les esprits de la nature et le moi supérieur. Version modernisée du spiritisme du 19ème siècle, celui des sœurs Fox et celui d'Allan Kardec, le channeling est une des caractéristiques fortes du Nouvel Âge. Par une simple concentration de l'esprit, et par l'abandon aux influences qui s'exercent sur lui par-delà la matière, le medium est censé se brancher sur les entités pour rejoindre les sources d'énergies supérieures et se fondre ensuite dans la Conscience Universelle, le « Grand Tout ».

     Caractère d'une personne qui convainc, par sa séduction et sa force de présence, dans la vie publique.