Liste de diffusion
Ajoutez votre adresse
DÉFINITIONS EN LIGNE LEXIQUE...

DÉFINITIONS EN LIGNE LEXIQUE



Animaux de pouvoir :

     Dans les sociétés primitives, amérindiennes en particulier, le monde visible et invisible sont en interrelation permanente. Le rôle du chaman est de maintenir l'équilibre entre sa communauté et le monde des esprits, assurant ainsi le succès de la chasse, de la pêche et de la récolte, protégeant aussi des maladies qui, selon leurs croyances, découlent d'une désobéissance envers certaines pratiques traditionnelles. « Médiateur des mondes occultes, garant de l'équilibre des forces contradictoires du cosmos », le chaman devient homme-animal lors de cérémonies ritualisées où, en fonction des régions ou territoires, il se pare d'objets spirituels dotés d'un grand pouvoir car considérés comme sacrés : plumes d'aigle ou de corbeau, griffes d'ours, dents de jaguar ou de crocodile, peau de loup, fourrure de bison…

     Pour ces peuples, l'homme et l'animal sont apparentés ; tous deux sont fils de la Nature, avec pour mère la Terre et pour père le Ciel. D'ailleurs, dans leurs légendes et récits mythologiques, les hommes et les animaux ne présentaient pas de différences entre eux au commencement. Ce n'est qu'avec l'apparition du soleil et de la mort qu' « une division s'opéra, laissant l'homme en dehors du monde primordial, source de connaissance et de pouvoir ». Pour eux, outre le fait de leur fournir de quoi se nourrir, se vêtir et faciliter divers aspects de la vie pratique, les animaux se trouvaient sur Terre afin d'enseigner « aux êtres humains d'importantes leçons de vie. » D'où le respect apporté à l'animal, et la prière du chasseur ou du pêcheur avant de le tuer comme après sa mise à mort. Le sacrifice de la bête a permis à l'homme et à sa famille de survivre. L'énergie physique et spirituelle de l'animal est venue fortifier celle de l'homme.

     Certains animaux – comme le jaguar, l'anaconda, le caïman et l'aigle - occupent une place privilégiée au sein des rites indigènes. On leur attribue un rôle surnaturel : « ils sont la forme terrestre que prennent pour agir une divinité, une force cosmique ou l'esprit d'un défunt. » En principe, on ne les tue pas. Mais chaque animal a ses vertus : la chauve-souris, la grenouille, l'araignée…, la fourmi qui s'enfonce dans la terre et connaît les forces telluriques. L'univers se prête au jeu des métamorphoses : « lorsqu'elle fane, la fleur du goyavier voit ses pétales blancs se muer en papillons ».

     "Le jaguar est le plus redouté et le plus admiré des animaux. Sa ruse, sa férocité, sa couleur dorée en font une métaphore du pouvoir et sa puissance est associée à celle du soleil, de la foudre ou de l'or. Ces attributs deviennent ceux du chaman lorsqu'il porte un masque de jaguar. » Selon la mythologie koguie, « le jaguar est l'animal qui possède le pouvoir du soleil, et le chaman est l'homme qui possède le pouvoir du jaguar. »

     Les animaux de pouvoir sont les compagnons du chaman. Dans certains rituels ce dernier s'identifie à l'un d'eux, dans d'autres ce dernier est perçu comme un guide. L'animal psychopompe aide le chaman à voyager dans le monde du dessous, à traverser le seuil de la mort, à guider les âmes des personnes défuntes ne trouvant pas leur chemin vers l'autre dimension.

     Le voyage chamanique permet de trouver son animal-allié. L'alliance symbolique est scellée dans un pacte. L'esprit de l'animal ouvre la voie aux expériences spirituelles, permet d'accéder aux mondes autres : occultes, parallèles, invisibles… En échange, le chaman doit nourrir ses « animaux de pouvoir », sans quoi ils disparaîtraient ou pourraient se retourner contre lui. Cette nourriture prend le plus souvent la forme d'offrandes ritualisées et de prescriptions ou tabous spécifiques. Dans un processus d'indentification, il arrive que l'esprit du chaman passe dans l'animal. L'homme devient alors faucon, cheval, loup, caïman, vampire,… jaguar.

     

     cf. « alliés », chamanisme, état modifié de conscience, hallucinogène, voyage chamanique.

Haut de page