Liste de diffusion
Ajoutez votre adresse
LA SOPHIA-ANALYSE EN QUESTION(S)...

LA SOPHIA-ANALYSE EN QUESTION(S)



LA « SOPHIA-ANALYSE » EN QUESTION(S)

 
  Trois témoignages :
- « T
hérapie en Sophia-analyse ? »
- Sophia-analyse et « volonté de destruction » ?
- « La Sophia-analyse m’a démolie. »


THÉRAPIE EN "SOPHIA-ANALYSE"?  par MARIE


«Quand je disais à ma thérapeute que la formation me semblait fort chère,
elle me répondait que quand on veut, on peut. »

 
Belgique, novembre 2005. Parce que je me posais beaucoup de questions concernant la thérapie que je viens d'arrêter et qui s'appelle la sophia-analyse, et que, m’étant renseignée, j’ai appris que d’autres avaient déjà tiré la sonnette d’alarme à son sujet,  je  prends mon courage à deux mains pour raconter mon expérience. 

 Pourquoi mon courage ? Parce que c'est douloureux pour moi de raconter combien j'ai été "bête" de me mettre dans ce genre de structure, parce que j'ai honte aussi, car c'est la deuxième fois que ça m'arrive de me mettre dans une structure sectaire, parce que j'ai peur d'être jugée par les personnes qui recevraient mon témoignage, parce que j'ai peur de ne pas être entendue dans ma souffrance ou qu'on la minimise.

 Alors voilà… J’ai été  en sophia-analyse durant quatre ans en individuel et deux  ans en thérapie de groupe. J'ai bien eu quelques questionnements à certains moments, mais lorsque j'en faisais part à ma thérapeute, elle me disait qu'il s'agissait de défenses que je mettais en  place pour éviter d'entrer en "dépendance positive" avec elle. Je n'ai jamais bien compris ce qu'elle voulait dire par "dépendance positive". Elle disait que mes problèmes venaient du fait qu'avec mes parents, et plus particulièrement avec ma mère, j'avais développé une "dépendance négative" (...)

Pour lire la suite: http://www.psyvig.com/doc/doc_43.pdf


Haut de page

Actualités

Imprimer la page Envoyer le lien de cette page  un ami Nous contacter