Liste de diffusion
Ajoutez votre adresse
FORMATIONS AU COACHING, ESCROQUERIE ET MANIPULATION MEN...

FORMATIONS AU COACHING, ESCROQUERIE ET MANIPULATION MENTALE



FORMATIONS AU COACHING, ESCROQUERIE
ET MANIPULATION MENTALE

par Isabelle BERNARD

« On peut s’improviser coach comme on devient voyant extralucide ou marabout.
Quelques associations veulent faire un tri, mais elles ne sont reconnues
qu’entre elles,et encore ! Bien des coaches installés ne leur accordent aucune légitimité.C’est chacun pour soi. Ceux qui s’en sortent, démolissent les autres,
et ceux qui ne s’en sortent pas ouvrent des « écoles de formation ».
Il ne s’agit là que d’un nouveau marché de dupes. »

 
Paris, février 2007

Une ambiance infantilisante

«Je m’autorise à coacher avec la légitimité que je m’accorde moi-même». Cette phrase fut l’ultime conseil dont nous gratifièrent les deux animatrices, au terme d’une formation coaching. Quel aboutissement ! Un raccourci à connaître pour économiser temps, énergie et argent ! A bon entendeur…

Si je commence par la dernière journée, c’est qu’elle cristallise toute l’absurdité de ce stage. Ce jour-là, nous devions passer la «certification», sorte d’examen assorti de la remise d’un certificat attestant qu’on est «apte». Des vingt-deux inscrits au départ, nous n’étions plus qu’une douzaine à nous présenter; les autres avaient lâché en route ou avaient mieux à faire. Entre quelques allers-retours d’une salle de classe à la cafétéria (nous sommes dans un centre religieux, en plein cœur de Paris), on nous pose quelques questions. Le « on » est constitué par plusieurs duos de coaches, amis des animatrices (tous issus d’un même stage de formation) et qui se voient auto- récompensés en fin de prestation par un  «diplôme» de « super- master ». Tout ce petit monde œuvre depuis deux ans…et arbore fièrement un badge à l’effigie des chefs. On nous fait phosphorer  sur un thème général, par exemple «Qu’est-ce que l’estime de soi ?», puis on nous demande de  déblatérer pendant une quinzaine de minutes devant deux « examinateurs », qui baillent ouvertement car il est bientôt l’heure du déjeuner… Puis on nous inflige un « par cœur », une récitation, comme à l’école primaire, sur l’ordre des questions à poser à un coaché. L’ambiance est, comme à l’accoutumée très scolaire et infantilisante, mais nous en avions pris l’habitude, et avions hâte d’en finir et de repartir avec le papier.

J’ouvre une parenthèse pour préciser que cette fameuse certification contient également un  «mémoire» qui consiste à raconter comment nous avons coaché deux personnes au cours de notre stage. Cette étape a ceci de curieux qu’au bout de deux ou trois jours de formation, on nous considère déjà comme des coaches et on nous demande de nous entraîner sur de « vrais cas ». De surcroît, on nous incite à nous faire rétribuer –certains ont quand même refusé-, parfois fort cher. C’est ainsi que l’une d’entre nous s’est autorisée à s’exercer dans des MC Do, en se faisant payer 50 euros la séance…Mais, pour les deux formatrices, ne pas se faire payer était ne pas accorder de valeur à ce que nous faisions…

 Je laisse imaginer les dégâts psychologiques engendrés par ceux qui se sont pris au sérieux ! (...)

Pour lire la suite: http://www.psyvig.com/doc/doc_50.pdf 


Haut de page

Actualités

Imprimer la page Envoyer le lien de cette page  un ami Nous contacter