[ ] - PSYCHOGNALOGIE (G. Fabre, ztticienne)




PSYCHOGÉNÉALOGIE 

par Géraldine FABRE

Un dossier de l’Observatoire zététique

«Le danger de ce genre de thérapie qui prétend faire ressortir de notre inconscient
les souvenirs refoulés à l’origine de problèmes psychologiques est la manipulation
par suggestion. Elles amènent le patient à croire fermement à la véracité
de faux souvenirs induits par la thérapie. »

L’engouement actuel pour la généalogie a fait naître une nouvelle discipline qui lui devient presque indissociable : la psychogénéalogie.

C’est Anne Ancelin Schützenberger qui revendique la création, il y a une trentaine d’années, de ce néologisme, associant les deux vocables : généalogie et psychologie. Psychothérapeute, groupe-analyste et psychodramatiste, Anne Ancelin est professeur émérite de l'Université de Nice où elle a dirigé pendant une vingtaine d’années le laboratoire de psychologie sociale et clinique.

Théorie issue d’observations qu’elle réalise au cours de sa carrière, la psychogénéalogie peut être définie comme une méthode de psychanalyse qui consiste à rechercher dans le vécu de nos ancêtres les sources de nos éventuelles troubles psychologiques, comportements étranges et/ou maladies actuelles.

Anne Ancelin Schützenberger a synthétisé le résultat de ses observations et développé sa théorie psychogénéalogique dans son livre Aïe, mes aïeux !, publié dans le monde entier et devenu best-seller. 

Les hypothèses

Inconscient

La psychogénéalogie est basée sur différents concepts de psychanalyse dont celui d’inconscient collectif développé au début du 20e siècle par le disciple de Sigmund Freud, Carl Gustav Jung. (...)

Pour lire la suite: 
http://www.psyvig.com/doc/doc_56.pdf